• Parasitologie
  • Médecine Vétérinaire
  • Science
  • Esprit critique
  • Epistémologie & Histoire

Quand les tiques bravent le froid hivernal

Les tiques hibernent-elles vraiment en hiver ? C'est la question à laquelle des chercheurs suédois ont voulu répondre. En examinant des chevreuils sauvages pendant 3 hivers, ils ont découvert que les tiques Ixodes ricinus restaient actives et continuaient de se nourrir, même lors des mois les plus froids, un comportement qui pourrait avoir d'importantes conséquences épidémiologiques.

Le secret enfin percé du ronronnement du chat

Une récente étude remet en cause la théorie selon laquelle le ronronnement du chat nécessite des contractions musculaires actives. Les chercheurs ont réussi à produire des sons similaires au ronronnement sur des larynx de chats prélevés, sans aucune stimulation nerveuse. Ils ont découvert que les cordes vocales des chats contiennent des "coussinets" de tissu conjonctif permettant les très basses fréquences du ronronnement. Le mécanisme combinerait oscillations passives et contrôle musculaire actif.

Quand les tiques bravent le froid hivernal

Les tiques hibernent-elles vraiment en hiver ? C'est la question à laquelle des chercheurs suédois ont voulu répondre. En examinant des chevreuils sauvages pendant 3 hivers, ils ont découvert que les tiques Ixodes ricinus restaient actives et continuaient de se nourrir, même lors des mois les plus froids, un comportement qui pourrait avoir d'importantes conséquences épidémiologiques.

Quand les tiques bravent le froid hivernal

Les tiques hibernent-elles vraiment en hiver ? C’est la question à laquelle des chercheurs suédois ont voulu répondre. En examinant des chevreuils sauvages pendant 3 hivers, ils ont découvert que les tiques Ixodes ricinus restaient actives et continuaient de se nourrir, même lors des mois les plus froids, un comportement qui pourrait avoir d’importantes conséquences épidémiologiques.

En savoir plus

Le secret enfin percé du ronronnement du chat

Une récente étude remet en cause la théorie selon laquelle le ronronnement du chat nécessite des contractions musculaires actives. Les chercheurs ont réussi à produire des sons similaires au ronronnement sur des larynx de chats prélevés, sans aucune stimulation nerveuse. Ils ont découvert que les cordes vocales des chats contiennent des “coussinets” de tissu conjonctif permettant les très basses fréquences du ronronnement. Le mécanisme combinerait oscillations passives et contrôle musculaire actif.

En savoir plus
Chargement

Commentaires récents

    Tag Cloud

    Your browser doesn't support the HTML5 CANVAS tag.

    Archives